Article mis en avant

Prospections géophysiques aux abords du château de Seveux

Le village de Seveux est reconnu depuis le XIXe siècle comme la station Segobodium de la Table de Peutinger. Les nombreuses opérations archéologique qui ont eu lieu à l’emplacement du village et à sa sortie est sont venus confirmer l’existence d’une agglomération gallo-romaine de bord de voie à cet emplacement. Le devenir de cette agglomération est relativement bien connu jusqu’au début de la période médiévale ou quelques sépultures du haut Moyen Âge et un petit bâtiment excavé demeurent les seuls témoins de l’occupation mérovingienne. C’est non loin de ces découvertes à l’ouest, au passage de la voie sur la Saône qu’est édifié le château de Seveux à une date qu’il reste encore à déterminer. Des photographies aériennes de 2011 de ce secteur (Fig. 1) ont révélé de nombreuses anomalies dans la végétation de la pâture au pied de l’ancien donjon. Ces anomalies témoignent très certainement de la présence de structures anciennes enfouies, appartenant vraisemblablement au bourg castral.

Fig. 1 : Anomalies repérées aux abords de l’ancien château de Seveux (Cliché P. Nouvel, S. Izri 2011)

Ces structures peuvent donc représenter l’unique témoignage de l’occupation du Moyen Âge central de Seveux.

Afin de compléter ces acquisitions, nous avons lancé en juin, avec l’accord de l’exploitant, une campagne de prospections géophysique alliant magnétométrie et conductivité électrique. A cela s’est ajouté une modélisation photogramétrique du secteur par drone afin de créer un modèle de terrain en trois dimensions.

Toutes ces données sont en cours de traitement et seront présentées après le rendu du rapport final d’opération.

Adrien Saggese, Valentin Chevassu, Matthieu Thivet, Christelle Sanchez, Amélie Berger, Thomas Chenal

Acquisitions drone LiDAR sur le site du castrum de Port-sur-Saône

Le 14 mars 2018, les conditions météorologiques, étant favorables, il a été possible d’entreprendre une opération d’acquisition LiDAR par le biais d’un drone radiocommandé (Fig. 1). Cette opération menée par M. Thivet (Université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-environnement) a reçu l’appui logistique de la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement Claude-Nicolas Ledoux de Besançon.

La technologie LiDAR (light detection and ranging), grâce au balayage du sol par un rayon laser, permet d’obtenir des mesures altimétriques et de produire des modèles de terrain laissant apparaître les traces anciennes des activités humaines sur plusieurs millénaires.

Fig. 1 : le drone radiocommandé supportant le boitier d’acquisition LiDAR (Cl. A. SAGGESE)

Continuer la lecture

Acquisitions géophysiques sur le site du castrum de Port-sur-Saône

Le lundi 26 février marqua le démarrage de la première opération d’acquisitions liée à la prospection thématique « Le Portois du IVe au XIIe siècle ». Cette journée fut l’occasion d’explorer par la méthode du géomagnétisme 4500 m² sur les 6000 enceints par le rempart (Fig. 1).

Fig. 1 : déroulement de l’acquisition géophysique (Cl. V. Chevassu)

Continuer la lecture

L’album Galaire

De 1855 à 1861, Gustave Galaire, Maître des Forges et archéologue amateur de Port-sur-Saône, va entamer le dégagement d’une partie de la pars urbana de la grande villa « du Magny ». Ses découvertes sont alors consignées dans un recueil manuscrit auquel s’ajoute un magnifique album aquarellé où sont représentés les différents relevés (Fig. 1) de ses découvertes et surtout le mobilier remarquable découvert (Fig. 2). Ces illustrations exceptionnelles sont l’œuvre d’Alexandre Theuvenot, élève du peintre Gérôme.

Fig. 1 : relevés des coupes des fouilles de la pars urbana de la villa « du Magny »

Continuer la lecture

OPT « Le Portois du IVe au XIIe siècle »

Le département de la Haute-Saône pâtit depuis le milieu des années 1990 d’une désertion des chercheurs que les récents travaux de Sébastien Bully autour du site de Luxeuil-lès-Bains viennent nuancer. Les avancées réalisées à travers ce site permettent plusieurs constats : bien que souffrant d’une recherche en perte de vitesse, le département de la Haute-Saône conserve un formidable patrimoine historique et archéologique méritant une large réévaluation.

C’est pourquoi, à travers la création d’une association, le Collectif pour l’Archéologie et le Patrimoine de la Haute-Saône (CAPHS), nous envisageons de relancer des opérations de prospections thématiques autour de plusieurs sites du département.

Continuer la lecture