Article mis en avant

La fortification de l’Antiquité tardive de Port-sur-Saône, partie 2 : résultats des sondages

Suite à la topographie générale des tas d’épierrements interprétés comme une fortification obtenue grâce à la méthode LiDAR (cf : partie 1), deux sondages ont été pratiqués afin de valider cette hypothèse. Pour des raisons opportunistes, le plus important a été pratiqué sur le tronçons de murger traversé par le chemin communal actuel (Fig. 1).

Fig. 1 : Etat de la structure maçonnée avant sondage

Continuer la lecture

Article mis en avant

La fortification de l’Antiquité tardive de Port-sur-Saône, partie 1 : résultats de l’acquisition LiDAR

La campagne 2018 aura été l’occasion d’éprouver l’hypothèse de la présence d’une fortification de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge au lieu-dit “La Vigne aux Pères” à Port-sur-Saône. Cette hypothèse était encouragée par la découverte au XIXe siècle par G. Galaire d’un mur maçonné de deux mètres de large traversé par trois galeries lors du percement d’un chemin d’accès à travers l’un des imposants tas d’épierrement du secteur. Ce dernier l’avait immédiatement interprété comme un rempart antique, de par la facture de la maçonnerie, entièrement constituée de moellons noyés dans un solide mortier de chaux, et par la présence aux alentours de débris de tuiles antiques.

L’observation des deux principaux tas d’épierrement formant un angle droit barrant l’extrémité sud-ouest du plateau dominant le passage de la Saône renforçait un peu plus cette hypothèse. C’est afin de le topographier ces vestiges qu’une acquisition LiDAR par le biais d’un drone avait été effectuée au printemps (cf article précédent). Cette acquisition nécessitait un lourd traitement informatique des données collectées mais a livré des résultats à la hauteur des moyens et du temps engagés. Des dizaines de millions de points acquis (Fig. 1), seulement ceux délimitant l’espace enclos par les deux murgers ont été traités cette année.

Fig. 1 : nuage de points total constitué par l’acquisition LiDAR

Continuer la lecture

Article mis en avant

Nouvelles données sur la villa des “Jourdaines” à Jonvelle

Le site de la villa gallo-romaine ds “Jourdaines” de Jonvelle est connu depuis la fin des années 1960 grâce aux fouilles de l’abbé Emile Descouvrières. Ce dernier avait alors dégager les bains d’une luxueuse villa aux sols couverts de mosaïques. Leur exceptionnel état de conservation a mené à une restauration et une stabilisation puis un classement au titre des monuments historiques. Les fouilles vont se poursuivre à la fin des années 1980 avec le concours de Nathalie Bonvalot (SRA de Franche-Comté) et Jean-Claude Barçon (CNRS). L’extension des fouilles va révéler une série de nouvelles structures dont un bâtiment interprété comme un hangar de stockage équipé de huit fosses de drainage (Fig. 1) (compléments d’informations sur le site de l’association “Le Foyer” que nous remercions ici pour son accueil et son aide).

Fig. 1 : plan des vestiges de la villa des “Jourdaines” (extrait de Gallia Informations 1987-1988-2, p. 120, fig. 50) 
Continuer la lecture
Article mis en avant

Prospections géophysiques aux abords du château de Seveux

Le village de Seveux est reconnu depuis le XIXe siècle comme la station Segobodium de la Table de Peutinger. Les nombreuses opérations archéologique qui ont eu lieu à l’emplacement du village et à sa sortie est sont venus confirmer l’existence d’une agglomération gallo-romaine de bord de voie à cet emplacement. Le devenir de cette agglomération est relativement bien connu jusqu’au début de la période médiévale ou quelques sépultures du haut Moyen Âge et un petit bâtiment excavé demeurent les seuls témoins de l’occupation mérovingienne. C’est non loin de ces découvertes à l’ouest, au passage de la voie sur la Saône qu’est édifié le château de Seveux à une date qu’il reste encore à déterminer. Des photographies aériennes de 2011 de ce secteur (Fig. 1) ont révélé de nombreuses anomalies dans la végétation de la pâture au pied de l’ancien donjon. Ces anomalies témoignent très certainement de la présence de structures anciennes enfouies, appartenant vraisemblablement au bourg castral.

Fig. 1 : Anomalies repérées aux abords de l’ancien château de Seveux (Cliché P. Nouvel, S. Izri 2011)
Continuer la lecture

Acquisitions drone LiDAR sur le site du castrum de Port-sur-Saône

Le 14 mars 2018, les conditions météorologiques, étant favorables, il a été possible d’entreprendre une opération d’acquisition LiDAR par le biais d’un drone radiocommandé (Fig. 1). Cette opération menée par M. Thivet (Université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-environnement) a reçu l’appui logistique de la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement Claude-Nicolas Ledoux de Besançon.

La technologie LiDAR (light detection and ranging), grâce au balayage du sol par un rayon laser, permet d’obtenir des mesures altimétriques et de produire des modèles de terrain laissant apparaître les traces anciennes des activités humaines sur plusieurs millénaires.

Fig. 1 : le drone radiocommandé supportant le boitier d’acquisition LiDAR (Cl. A. SAGGESE)

Continuer la lecture

Acquisitions géophysiques sur le site du castrum de Port-sur-Saône

Le lundi 26 février marqua le démarrage de la première opération d’acquisitions liée à la prospection thématique « Le Portois du IVe au XIIe siècle ». Cette journée fut l’occasion d’explorer par la méthode du géomagnétisme 4500 m² sur les 6000 enceints par le rempart (Fig. 1).

Fig. 1 : déroulement de l’acquisition géophysique (Cl. V. Chevassu)

Continuer la lecture

L’album Galaire

De 1855 à 1861, Gustave Galaire, Maître des Forges et archéologue amateur de Port-sur-Saône, va entamer le dégagement d’une partie de la pars urbana de la grande villa « du Magny ». Ses découvertes sont alors consignées dans un recueil manuscrit auquel s’ajoute un magnifique album aquarellé où sont représentés les différents relevés (Fig. 1) de ses découvertes et surtout le mobilier remarquable découvert (Fig. 2). Ces illustrations exceptionnelles sont l’œuvre d’Alexandre Theuvenot, élève du peintre Gérôme.

Fig. 1 : relevés des coupes des fouilles de la pars urbana de la villa “du Magny”

Continuer la lecture

OPT “Le Portois du IVe au XIIe siècle”

Le département de la Haute-Saône pâtit depuis le milieu des années 1990 d’une désertion des chercheurs que les récents travaux de Sébastien Bully autour du site de Luxeuil-lès-Bains viennent nuancer. Les avancées réalisées à travers ce site permettent plusieurs constats : bien que souffrant d’une recherche en perte de vitesse, le département de la Haute-Saône conserve un formidable patrimoine historique et archéologique méritant une large réévaluation.

C’est pourquoi, à travers la création d’une association, le Collectif pour l’Archéologie et le Patrimoine de la Haute-Saône (CAPHS), nous envisageons de relancer des opérations de prospections thématiques autour de plusieurs sites du département.

Continuer la lecture