OPT “Le Portois du IVe au XIIe siècle”

Le département de la Haute-Saône pâtit depuis le milieu des années 1990 d’une désertion des chercheurs que les récents travaux de Sébastien Bully autour du site de Luxeuil-lès-Bains viennent nuancer. Les avancées réalisées à travers ce site permettent plusieurs constats : bien que souffrant d’une recherche en perte de vitesse, le département de la Haute-Saône conserve un formidable patrimoine historique et archéologique méritant une large réévaluation.

C’est pourquoi, à travers la création d’une association, le Collectif pour l’Archéologie et le Patrimoine de la Haute-Saône (CAPHS), nous envisageons de relancer des opérations de prospections thématiques autour de plusieurs sites du département.

Nous souhaitons orienter notre recherche autour d’une problématique large : l’évolution du peuplement du secteur entre l’Antiquité tardive et le Moyen Age central (IVe-XIIe s.)

Pour ce faire, nous allons dans un premier temps engager une synthèse et une réinterprétation des données disponibles sur plusieurs sites déjà documentés. Afin de renouveler ces connaissances, nous envisageons des séries d’acquisitions géophysiques et LIDAR, couplées avec des prospections pédestres systématiques.

Les objectifs sont multiples :

  1. Constitution d’un inventaire synthétique de sites.

La constitution de cet inventaire se veut sous la forme de fiche normalisées et vise à compiler l’état de l’art d’un site à partir de toutes les données disponibles. Une cartographie des vestiges phasés est envisagée pour chaque fiche ainsi qu’une synthèse historique et bibliographique. Une reprise du mobilier archéologique disponible sera effectuée afin de préciser le phasage des sites et proposer des planches synthétiques de mobilier représentatif des différents horizons chronologiques appréhendés.

  1. Opérations ciblées sur des sites à forts potentiels.

La démarche sera ici d’investir des sites à fort potentiel archéologique afin de proposer des schémas interprétatifs de l’évolution de l’occupation humaine du secteur pour la période considérée. Ces schémas serviront de structures à l’interprétation de sites aux caractéristiques similaires, mais moins bien documentés, et orienteront la méthodologie de l’équipe pour les appréhender. Pour se faire, il est envisagé de produire un MNT global du secteur et d’en interpréter les résultats afin de localiser des secteurs présentant des anomalies susceptibles d’être reconnues comme des sites potentiellement intégrable à notre recherche. Des prospections géophysiques adaptées (Radar GPR, magnétomètre, résistivité électrique) seront mis-en œuvre pour tenter de préciser la nature et l’étendue des sites repérés. Des sondages de vérifications sont envisagés pour les sites les plus sensibles afin de valider ou infirmer les interprétations de l’équipe.

 

Sites ciblés :

 

Port-sur-Saône : il s’agit d’une agglomération antique relativement complexe à interpréter mais près de laquelle s’implante une villa antique de plus de 16 ha. La présence d’un camp fortifié de bord de plateau au centre de la ville actuelle peut-être interprétée comme un castrum tardo-antique. Plusieurs découvertes de sarcophages mérovingiens témoignent d’une occupation mérovingienne sur la commune.

L’objectif serait ici de préciser la chronologie d’occupation de la villa et du castrum pour pouvoir mettre en avant d’éventuelles corrélations. Pour se faire, nous envisageons de reprendre l’étude du mobilier issu des différentes fouilles de la villa et d’en proposer une étude synthétique. Les vestiges du castrum seront numérisés par drone LIDAR afin de créer un Modèle Numérique de Terrain (MNT) auquel seront intégrées les acquisitions géophysiques que nous souhaitons mener dans l’enceinte du site. Un nettoyage du rempart au niveau d’un percement offre l’opportunité d’en préciser la structure. Des prélèvements de matériaux organiques dans les mortiers permettront des datations radiocarbones à même de proposer une chronologie de son édification.

Jonvelle : les principaux vestiges en élévation de la commune sont les structures des thermes de la villa « des Jourdaines », classées Monuments Historiques et les ruines du château médiéval au sommet d’une motte, au niveau d’un méandre de la Saône. Des découvertes de sarcophages aux abords de l’église confortent l’hypothèse d’une occupation mérovingienne. Nous envisageons ici de topographier tous les vestiges en élévations de la commune. Une étude de bâti des ruines du château sera mise en place. Un lot conséquent de mobilier céramique inédit (30 curvers) provenant des fouilles de la villa des années 1960 à 1990 sera étudié et publié. Dans le même temps, toutes les archives de fouilles présentes sur place seront numérisées et des prospections urbaines effectuées dans le village. Une acquisition photogramétrique des vestiges des thermes est envisagée.

Seveux/Savoyeux/Membrey : cette agglomération connait une occupation continue de la protohistoire jusqu’à nos jours. Si l’origine laténienne du site vient d’être très récemment attestée et que l’agglomération antique est aujourd’hui une des mieux connue de Franche-Comté, les phases tardo-antiques et médiévales de l’occupation sont très mal connues. C’est pourquoi nous envisageons une acquisition drone LIDAR sur le site du château au lieu-dit « Pré-Bouché » ou de nombreuses structures ont été aperçues en photographie aérienne. Des acquisitions géophysiques seront effectuées pour compléter les acquisitions par photographie aériennes.

Localisations des sites étudiés sur la carte des pagi médiévaux

Résultats envisagés :

En replaçant les sites étudiés dans leur contexte géologique, topographique et archéologique, nous voulons crée des schémas interprétatifs. À partir de ces interprétations, nous souhaitons mettre en application notre méthode sur de potentiels sites inédits ou présentant des hiatus mais possédant des caractères similaires en plusieurs points à ceux de notre étude afin d’en vérifier la validité. Si cela s’avère positif, nous envisageons de mettre en application sur de plus larges secteurs cette méthode afin de préciser l’évolution du tissu de peuplement humain médiéval sur le temps long et les possibles interactions de ces sites entre eux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.