La fortification de l’Antiquité tardive de Port-sur-Saône, partie 1 : résultats de l’acquisition LiDAR

La campagne 2018 aura été l’occasion d’éprouver l’hypothèse de la présence d’une fortification de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge au lieu-dit « La Vigne aux Pères » à Port-sur-Saône. Cette hypothèse était encouragée par la découverte au XIXe siècle par G. Galaire d’un mur maçonné de deux mètres de large traversé par trois galeries lors du percement d’un chemin d’accès à travers l’un des imposants tas d’épierrement du secteur. Ce dernier l’avait immédiatement interprété comme un rempart antique, de par la facture de la maçonnerie, entièrement constituée de moellons noyés dans un solide mortier de chaux, et par la présence aux alentours de débris de tuiles antiques.

L’observation des deux principaux tas d’épierrement formant un angle droit barrant l’extrémité sud-ouest du plateau dominant le passage de la Saône renforçait un peu plus cette hypothèse. C’est afin de le topographier ces vestiges qu’une acquisition LiDAR par le biais d’un drone avait été effectuée au printemps (cf article précédent). Cette acquisition nécessitait un lourd traitement informatique des données collectées mais a livré des résultats à la hauteur des moyens et du temps engagés. Des dizaines de millions de points acquis (Fig. 1), seulement ceux délimitant l’espace enclos par les deux murgers ont été traités cette année.

Fig. 1 : nuage de points total constitué par l’acquisition LiDAR

Le traitement informatique ayant permis d’éliminer la végétation (Fig. 2), une première cartographie des vestiges en 3D a pu être constituée, confirmant la remarquable régularité et homogénéité des deux structures. Une étude régressive des cadastrations anciennes a permis d’identifier le percement observé par Galaire plus ou moins au centre du tas d’épierrement Est (Fig. 2.B). L’ouverture située quelques dizaines de mètres au nord correspond quant à elle à un percement de la deuxième moitié du XXe siècle et au chemin d’accès actuel.

Fig. 2.a : acquisition LiDar avant traitement (CAPHS, M. Thivet)

Fig. 2.b : acquisition LiDAR après traitement (CAPHS, M. Thivet)

Un dégagement d’une section de ce dernier percement a permis d’apporter des informations déterminantes pour l’identification et la datation de ces structures (partie 2).

A. Saggese, M. Thivet


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.