La fortification de l’Antiquité tardive de Port-sur-Saône, partie 2 : résultats des sondages

Suite à la topographie générale des tas d’épierrements interprétés comme une fortification obtenue grâce à la méthode LiDAR (cf : partie 1), deux sondages ont été pratiqués afin de valider cette hypothèse. Pour des raisons opportunistes, le plus important a été pratiqué sur le tronçons de murger traversé par le chemin communal actuel (Fig. 1).

Fig. 1 : Etat de la structure maçonnée avant sondage

Il était ainsi possible d’en observer la structure en coupe. Un dégagement effectué durant deux semaines en juillet a permis de mettre au jour une construction maçonnée de 6,5 mètres de largeur pour une hauteur conservée de près de deux mètres à certains endroits (Fig. 2).

Fig. 2 : Section de rempart en cours de dégagement.

La maçonnerie se composait d’assises successives disposées en « arrêtes de poissons » couvertes systématiquement par un lit de mortier de chaux servant de base à l’assise suivante. Le tout était couvert d’un parement de blocs quadrangulaires équarris. Le parement Est présente une inflexion dont il est délicat d’apprécier la courbe, détruite par le percement du chemin, mais indiquant peut-être que cette section correspondrait à une tour en saillie ou une porterie. Cette interprétation justifierait l’importante largeur de la structure. Observation originale, le massif de fondation de la structure disposait d’une ossature constituée de croisillons de poutres dont seuls les négatifs nous sont parvenus. Ce mode de construction n’était jusqu’à aujourd’hui attestée que sur des fortifications militaires de la deuxième moitié du IVe siècle le long de la côte de la mer du Nord. Cette observation couplée à la qualité de la construction de ce mur de rempart nous pousse à l’interpréter comme un ouvrage effectué par des militaires. Cette interprétation n’engage en rien l’hypothèse d’un camp militaire tardif. Il est peut-être plus probable d’y voir l’édification d’un espace fortifié accueillant différentes représentations de l’état romain tardif comme des magistrats ou des percepteurs. Cette dernière hypothèse se renforcerait par la position stratégique de ce site, au croisement d’une voie secondaire reliant Besançon et Langres et d’un point de rupture de charge sur la Saône. 

 

A. Saggese, V. Chevassu, A. Grzesnik, A. Berger


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.