Fouille du site de Saint-Martin à Faucogney-et-la-Mer

Vue générale de la fouille en fin d’opération

L’été 2019 a été l’occasion d’intervenir sur le site de Saint-Martin à Faucogney-et-la-Mer. Ce site a bénéficié depuis plusieurs années déjà d’opérations archéologiques qui ont ciblé l’église éponymes et ses environs. Ces opérations auront permis de mettre en évidence des secteurs de concentrations de mobilier antique qui conforterait l’hypothèse ancienne d’une occupation gallo-romaine du secteur.Ce site de hauteur présente une remarquable proximité avec le site d’Annegray en contrebas qui est assimilé de longue date à la première fondation monastique de Saint-Colomban au VIe siècle de notre ère. La vita de ce dernier, rédigée quelques cinquante ans après la mort du saint-homme, relate la fondation du monastère d’Annegray dans les ruines d’un « castrum ruiné » qui reste à ce jour non localisé. Des sondages réalisés en 2015 sur le site de Saint- Martin avaient livré des structures (trous de poteaux, niveaux de sol) assimilables par le mobilier qu’elles avaient livré à la fin du IVe ou au Ve siècle de notre ère. La chronologie de ces structures auraient pu correspondre à ce « castrum ruiné » mentionné par Jonas de Bobbio.

C’est afin de vérifier ou non cette hypothèse qu’une fouille de trois semaine à cheval entre les mois de juillet et août 2019 à été entreprise sur le promontoire dominant l’église et la vallée du Breuchin. Un déboisement préalable avait été effectué par la Mairie de Faucogney, ce qui a permis l’ouverture d’un sondage de près de 100 m².

La stratigraphie s’est avérée extrêmement faible (entre 10 et 20 cm) et le rocher est rapidement apparu. La partie la plus haute du promontoire a été méthodiquement écrêtée afin de permettre l’installation de bâtiments sur poteaux porteurs dont les trous creusés directement dans le rocher ont pu être appréhendés. Ce sont au total une quinzaine de trous de poteaux qui ont été dégagés, permettant de restituer un ou deux bâtiments en bois. Ces restitutions sont à l’heure actuelle hypothétique car ils pourraient présenter une continuité plus au sud, dans un secteur non sondé cette année. Une terrasse avait été aménagée autour de ces structures à partir d’un remblai constitué de galets et de terres cuites architecturales antiques. L’emprise totale de cette terrasse dépassait les limites de la fouille et n’a pas pu être délimitée malgré les extensions du sondage effectuées. Du mobilier céramique collecté sur le remblai de la terrasse et dans deux trous de poteaux confirment les datations de 2015.

La caractérisation définitive de ce site ne peut être avancée en l’état des recherches qui devront être poursuivies dans les années à venir. Il est tentant d’y reconnaître un poste d’observation permettant de contrôler la circulation dans la vallée du Breuchin et le passage vers l’Alsace à travers les Vosges mais nous ne disposons pas à l’heure actuelle de suffisamment d’éléments pour valider cette hypothèse. Il est toute fois possible de confirmer l’existence d’une occupation de l’Antiquité tardive à cet emplacement, matérialisée par des constructions en matériaux périssables.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.