Port-sur-Saône, “La Vigne aux Pères”, nouvelles données sur la fortification de l’Antiquité tardive

Durant l’été 2020, une nouvelle campagne de fouille a été initiée sur le plateau dit de “la Vigne aux Pères” à Port-sur-Saône. Les objectifs étaient doubles : dans un premier temps, compléter les observations effectuées en 2018 sur le rempart afin d’en préciser l’architecture et les modes de construction et en parallèle, ouvrir une fenêtre assez large dans l’espace enceint afin d’identifier des structures à même d’approfondir la chronologie et la fonction du site.

Ces deux objectifs ont été pleinement remplis. Le sondage effectué dans l’angle nord-est de la fortification a permis de dégager l’articulation des remparts nord et est. L’essentiel des investigations a porté sur le rempart nord (Fig. 1) qui a pu être appréhender de son élévation à sa fondation, directement sur le terrain naturel. Les dimensions de cette structure (2,3 m de large pour une hauteur conservée de 2,5 m), plus réduites que celles de la section fouillée en 2018 (large de 6,5 m), viennent confirmer que cette dernière correspondait bien à un aménagement en saillie comme une tour ou une porterie.

Fig. 1 : parement interne du rempart nord de l’enceinte de “la Vigne aux Pères”

La structure du rempart a été précisée. Un premier massif de blocs calcaires liés par une importante quantité de mortier et renforcé par des croisillons de poutres constitue le premier niveau de fondation de la structure. Un second niveau composé de blocs maçonnés disposés sur chant ou horizontalement viennent assurer un niveau de réglage à l’élévation. Cette élévation constitue le troisième niveau de construction. Les blocs sont ici équarris et disposés régulièrement, bien que quelques moellons agencés en hérisson viennent assurer le réglage des assises supérieures. Chaque assise est couverte d’un important niveau de mortier servant de base à l’assise supérieure. Des négatifs de poutres longitudinales ont été observés en négatif dans ce mortier.

Plusieurs niveau de talus venant s’appuyer contre le parement interne du rempart ont été reconnus. Ils correspondent vraisemblablement à des niveaux de travaux ayant facilité l’accès aux parties hautes de la structure aux constructeurs. Il apparaît probable que ces talus aient été conservés par la suite.

Au sud du rempart, une série de trous de poteaux, la plupart avec calages de pierres, ont été fouillés et permettent de restituer un bâtiment sur poteau avec parois en torchis (Fig. 2). Son emprise totale n’a pas pu être appréhendée lors de la campagne 2020, mais le plan restitué à partir des structures fouillées permet de proposer une orientation globalement est-ouest. Il se compose vraisemblablement d’une pièce principale rectangulaire large d’environ 6,5 m et d’une extension centrale quadrangulaire à l’est. Ce bâtiment peut être daté au moins du Ve siècle ap. J.-C.

Fig. 2 : plan des structures de l’état 2 (Ve siècle)

Au contact de cette extension, à l’est, une fosse circulaire de près d’1,1 m a été fouillée et a révélé plusieurs comblements intéressants. Le fond de la fosse était composé d’une grande quantité de restes de boucherie, témoignant des habitudes alimentaires carnées des occupants du site, majoritairement du bœuf. Une sonnaille en fer était par ailleurs associée à ce dépotoir. Le dernier comblement, particulièrement impacté par la végétation, a livré près de 230 g d’ossements humains correspondant en grande partie à des fragments de crâne et de côtes. Le mobilier associé daterait ce niveau de la fin du IVe au Ve siècle. Il parait possible d’avancer avec prudence que ce dernier niveau correspondrait à une inhumation.

L’ensemble de ces découvertes vient préciser les connaissances autour de cette fortification. La structure du rempart est aujourd’hui bien appréhendée jusqu’à ses fondations. Les datations radiocarbones effectuées en 2018 viennent placer sa construction entre 378 et 418 ap. J.-C. La découverte majeure de 2020 est l’existence de structures en terre et bois à l’intérieur de l’espace enceint et d’un possible espace funéraire. Ces découvertes seront complétées par la future campagne de fouille au cours de l’été 2021 qui viendra tenter de compléter le plan du bâtiment en bois et d’en préciser la fonction.

A. Saggese, A. Grzesznik



Citer ce billet
Adrien Saggese (2021, 4 août). Port-sur-Saône, “La Vigne aux Pères”, nouvelles données sur la fortification de l’Antiquité tardive. . Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m72y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.